Points essentiels :

  • Adopter une approche familiale.
  • Investir dans l’amélioration des revenus des producteur de cacao femmes peut s’avérer très bénéfique pour les communautés cacaoyères. Les femmes producteurs de cacao ont tendance à investir davantage d’argent dans la santé, l’éducation, le logement, l’assainissement et la sécurité alimentaire.

POURQUOI ?

La Banque mondiale (2008) a indiqué que les femmes, plus que les hommes, consacrent leur revenus à la nourriture et permettent ainsi d’améliorer l’alimentation du foyer et la sécurité nutritionnelle.

Dans les régions productrices de cacao, on note un grand nombre de retards de croissance infantile (enfants de petite taille) ainsi qu’une mortalité infantile (Tableau 2). Des recherches montrent qu’il existe un lien entre le manque d’autonomisation des femmes et la malnutrition des enfants dans les plantations de cacao en Afrique de l’Ouest (Boer & Segay, 2012; Schubert 2013). L’autonomisation des femmes s’est révélée l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la malnutrition chronique des enfants (IFAD, 2014).

Tableau 2 : Sous-nutrition en Côte d’Ivoire & Ghana

Zone de production de cacaoProduction de cacaon(1000 Mt)nRetard de croissancen(enfants de petite taille)nMortalitu00e9 infantile
Cu00f4te du2019Ivoire
Ouest19134%11%
Centre-Ouest46730%17%
Sud-ouest36929%16%
Sud28929%13%
Ghana
Ashanti15627%8%
Ouest52427%7%

Source : de Boer & Sergay, 2012

Les femmes, plus que les hommes, consacrent leurs revenus à la santé, à l’éducation et la nutrition des membres de leur famille. Les agriculteurs (hommes) consacrent une grande partie de leurs revenus à eux-mêmes et non aux besoins de leur famille. Pour chaque dollar investi dans les femmes dans les zones frappées par la pauvreté, 90 centimes seront consacrés à leur famille et la communauté locale tandis de ce même dollar, les hommes n’en consacrent qu’entre 30 et 40 centimes à leur famille (ICRW, 2009).